en japonnais Dragon Ball GT pour Épisode 39 -Le retour du grand singe

Dessin animé DragonBall GT : Le sauvetage de l’univers Majuub

  • Super Baby 
  • Dragon Ball GT : live

Buu vs basil dope – dragon ball super

Trunks est lâche (bien qu’il prenne divers risques), peureux, pathétique. Il est niais, pas super fort, pas très intelligent. Trunks, il est l’enfant pourri gâté dans ses parents milliardaires depuis qu’il est né. C’est le petit bourgeois fébrile qui préfère fuir le monde du travail parmi la fenêtre au lieu de l’affronter. Je n’ai pas aimé Trunks. Mais ce Trunks était logique, sa bâtiment mentale était tout à fait cohérente. La caractéristiques sociales existe, et témoigne ici. Trunks n’est pas Trunks du Futur dans Dragon Ball Z, il n’est pas celui qui est grandit seul d’or sein d’un désastre post-apocalyptique, faisant de lui celui-ci espoir de l’humanité. Trunks GT n’a pas subit pas identiques enjeux. C’est entre autre pourquoi elles sont de deux ans personnages différents, si ce n’est pour dire, deux personnages opposés. Les comparer revient à relever similarités entre un chat thaïlandais est un avion de chasse en panne. Dragon Ball GT est une succession choix artistiques, en évolution de personnages, en décision scénaristique, en apport d’idées, en intérêt dramatique… Dragon Ball GT respecte non seulement l’oeuvre de Dragon Ball généralement par contre il fait plus que cela, il l’a conclu magistralement avec une fin ambiguë que nous-mêmes n’aurais aucun mérite à spoiler. Dragon Ball GT est court. Et est un principal défaut que nous-mêmes relève à cette série qui m’a redonné espoir sur l’innovation esthétique potentielle de notre planète, et ce pendant 64 épisodes. Enfin, quelque 63.

en japonnais Dragon Ball GT pour Épisode 39 -Le retour du grand singe
4.9 (98%) 84 votes